Projet de bureaux au Square Mile, LOT 11, à Belval, Luxembourg [EN COURS]

Surface: 2.450 m² (bruts) + [R-1. technique+parking 1.450 m² (bruts)]
Coût: N.C
Type de mission: Autorisation
Date de livraison: 2019

Description: Le projet s’inscrit dans la reconversion stratégique de la ville de Belval, ancienne commune sidérurgique frontalière. Le lot 11 est englobé dans la planification du « Square Mile », projet d’un îlot conséquent s’organisant autour d’une esplanade surélevée du sol naturel.

Contexte

Chaque parcelle du Square Mile est définie de manière très rigoureuse et se voit imposer une géométrie, un nombre de niveaux, et surtout, une contribution à la réalisation de l’esplanade centrale, cœur de l’îlot et véritable enjeu de dynamique et de connexion à l’échelle du piéton.

L’automobile est reléguée en sous-sol, dans un socle épais qui tient plusieurs rôles : masquer tous les services logistiques et absorber la déclivité sur l’îlot entier afin de créer une place « plane ». Cette esplanade se voit largement plantée par des systèmes de bacs afin de recréer un « poumon vert » dans cet environnement minéral.

Concept architectural et programme

L’édifice se veut pluriel, à commencer par son programme mixte : commerces, bureaux et logements cohabitent au sein de celui-ci. Les fonctions ont été judicieusement choisies afin de répondre à l’orientation du bâtiment, à la dynamique de son contexte ; son architecture en découle.

Proposition architecturale

La proposition architecturale reste originale et se démarque par sa singularité. Le programme et l’esthétique se conjuguent pour proposer un ensemble mixte : un socle léger et transparent abritant des restaurants, des étages scindés en deux entités, l’une largement vitrée et ouverte sur le boulevard abritant des bureaux, l’autre plus intimiste et minérale en dialogue avec l’esplanade proposant des logements.

Le socle est largement vitré et laisse l’esplanade se prolonger jusqu’à l’intérieur du bâtiment. Il ne rompt donc pas les flux traversant la place et incite à y rentrer grâce à sa transparence. La légèreté de ce premier niveau accentue par ailleurs la silhouette du bâtiment : deux volumes distincts en suspension au dessus de l’esplanade.

Parmi les deux volumes, le premier répond à la minéralité du sol de l’esplanade, se pare d’un revêtement pierre et s’ouvre de manière ponctuelle. Favorisant la dimension « humaine » véhiculée par la place piétonne, il accueille des logements qui bénéficient ainsi d’une orientation sud-ouest. Il se dote aussi de loggias et d’une large terrasse en toiture destinée à l’appartement en attique.

Les circulations verticales sont concentrées dans ce qui s’apparente à un noyau en rez-de-chaussée et se lit comme une faille verticale aux étages, séparant ainsi côté rue et côté place. Le second volume suspendu abrite des bureaux. Il est largement vitré et joue avec des systèmes d’occultations métalliques semi-transparents. Cette esthétique dialogue avec les tours environnantes et s’harmonise avec l’ambiance urbaine du boulevard qu’il surplombe de son porte-à-faux.

Catégorie : ,
Date : janvier 12 2017